Commune d’Haverskerque


Boucle d’essais ferroviaires

Le 6 juin 2007, à Wormhout, Daniel Percheron, président de la Région Nord Pas de Calais a déclaré : « Aucun projet de locodrome ne verra le jour en Flandre »...

Cette mise au point met un terme aux interrogations et vives inquiétudes des Haverskerquois et des autres habitants des communes situées sur les 2 sites potentiels d’implantation en Flandre.

Avant de revenir sur cet épilogue, des explications sur le locodrome, le projet de boucle d’essais ferroviaires pour trains à grande vitesse qui menaçait notre territoire…

Ces explications ont été fournies à la population au cours d’une réunion publique organisée à Haverskerque le 23 mai 2007 par l’association Agir Ensemble pour notre Environnement et la municipalité.

REUNION PUBLIQUE DU 23 MAI 2007

Veuillez trouver ci-dessous les grandes lignes du projet de boucle d’essais ferroviaires présenté sous la forme d’un diaporama clair et précis par Jean Michel Gallois, président de l’association Agir Ensemble pour notre Environnement et Hervé Delva du Comité de défense et d’action contre le locodrome de Sec Bois. (Textes et images extraits du diaporama avec autorisation de leurs auteurs)

- Historique de la mobilisation en Flandre Maritime

- Pourquoi un centre d’essais ferroviaires ?

Auparavant les essais de matériel étaient réalisés par la SNCF sur les lignes commerciales. Désormais les industriels devront livrer du matériel prêt à l’emploi sur le réseau français et européen. Les industriels ont donc besoin de faire valider leur matériel par un centre d’essais indépendant.

Les industriels font valoir que cette boucle est vitale pour les milliers d’emplois que pèse ce secteur dans le Valenciennois. Le marché a un avenir porteur sur le plan mondial.

Cf. préambule du courrier du sous préfet de Dunkerque du 21 mai adressé à M. Bouquet, maire de notre commune en réponse à la demande de renseignements de la municipalité du 12 avril :

« Ce projet très ambitieux est l’un des axes stratégiques du pôle compétitivité à vocation mondiale I-trans. Il regroupe des entreprises, des organismes de recherche et des centres de formation. Ce pôle représente un enjeu fort pour la compétitivité des entreprises et des activités de recherche-développement dans le domaine ferroviaire qui représentent dans la région 10 000 emplois directs et 40% de la population nationale »

- Pourquoi dans notre région ?


Un centre d’essai ferroviaire existe à Petite Forêt mais il ne répond plus aux attentes des industriels (site unique en France)

Le Valenciennois est une région historiquement orientée vers l’industrie ferroviaire. Cette industrie a besoin d’innover constamment pour faire face aux crises et à la concurrence.

Dans la région, le ferroviaire c’est (Source : Fédération des industries ferroviaires) :

- Qu’est ce qu’une boucle d’essais ferroviaires ?

C’est une boucle d’environ 25-30km de circonférence comprenant deux lignes droites de 10 km, avec une emprise de 250m de chaque côté de la ligne, une protection des lignes par une double clôture de 3m de haut, un éclairage sur toute la longueur et des entrepôts.
Dans un second temps, ce sont aussi des installations annexes : une voie dynamique de retournement et un circuit de vieillissement accéléré

- Etude des sites

Concernant l’implantation dans la région Nord Pas de calais, les services de la Région assistés de la société d’études Tractebel ont évalué 78 sites possibles.

Sur ces 78 sites étudiés, 8 sites potentiels

- Tableau comparatif des avantages et des inconvénients des 8 sites potentiels

- Avantages et inconvénients pour les boucles en Flandre

- Synthèse des avantages et inconvénients : conclusions du cabinet d’études Tractebel

- Existe-t-il un plan précis du projet de la Motte au Bois ?

Non, pas plus que pour les autres sites, Pour le moment, phase amont au stade d’études prospectives. Il n’y a pas de maître d’ouvrage pour ce projet dont le budget a été évalué à 480M€.

Le bureau d’études a déterminé des sites potentiels. Les étapes à venir sont : la sélection du site, débat public, enquête publique, avis du commissaire enquêteur et la déclaration d’utilité publique par le préfet.

- Impact du locodrome sur le site de la Motte au Bois

- Zoom sur sur le secteur d’Haverskerque

- Pourquoi sommes-nous opposés à la construction d’une boucle d’essais au milieu de notre espace de vie ?

- Que faire ?

Prés de 300 personnes, habitants et élus locaux ont assisté à cette réunion publique et ont signifié leur mobilisation en signant une pétition demandant l’abandon du projet.

EPILOGUE DANS LA PRESSE REGIONALE

Le 6 juin 2007, à Wormhout, Daniel Percheron, président de la Région Nord Pas de Calais a déclaré :

« Aucun projet de locodrome ne verra le jour en Flandre ».

« Si le projet se concrétise, ce sera dans le secteur de Valenciennes à proximité des entreprises ferroviaires qui y sont implantés »

« Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, vous n’entendrez pas ces trains siffler sur votre territoire ! »

A l’occasion du salon international du ferroviaire de Lille, M. Percheron déclarait encore le 12 juin :

« La décision sera prise dans les semaines qui viennent. Soit nous serons capables de faire la boucle de manière originale et consensuelle, à côté des constructeurs, soit nous nous heurtons et nous passerons à une deuxième étape, c’est-à-dire construire la boucle dans une région voisine moins peuplée. Il y a le Kent, la Wallonie, la Flandre (belge), la Picardie. On serait cofinanceurs. Il y a une chance sur quatre pour que la boucle se fasse dans le Nord Pas de Calais »

Dans notre village, la tension est retombée mais aux façades des maisons, aux vitres des voitures, les pancartes et affiches qui disent « Non au locodrome » n’ont pas été enlevées.

Nous restons vigilants quant à l’avenir de ce projet



© Commune d’Haverskerque : juillet 2007 par :
Retour à l'article